DOSSIER HISTOIRE :



Les Homo-Sapiens :                                                 

 

 

Tous les hommes actuels font parties d'une seule espèce : les Homo-Sapiens. Ceux-ci, originaires d'Afrique, se sont jadis imposés en éliminant bien d'autres espèces humaines.
Contrairement à ce qu'on croit communément, on peut retracer maintenant l'histoire de leur conquète du monde, et celà avec plus ou moins de précision, grace aux derniers progrès de l'archéologie.
Voici donc l'histoire de nos ancètres les Homo-Sapiens et des différentes cultures qu'ils ont élaborées au cours du paléolithique supérieur et du mésolithique :

Vers 430000 ans av.JC, les Hommes de Néandertal (Homo Neandertalensis) sont apparus en Europe et les Hommes de Denisova (Denisoviens) en Asie.
On pensait que les Ancètres directs de ces Néandertaliens étaient les Homo Heidelbergensis (700000-450000 ans av.JC). Cependant en étudiant l'ADN des Néandertaliens de Sima de los Huesos en Espagne (430000 ans av.JC), on s'est rendu compte que ceux-ci étaient génétiquement plus proches des Dénisoviens d'Asie que des Néandertaliens d'Europe plus récents. Hors les Dénisoviens et les Néandertaliens descendraient d'un ancètre commun distinct de celui des Hommes modernes / Homo-Sapiens : probablement l'Homo Heidelbergensis. Les Dénisoviens dériveraient alors d'Homo Heidelbergensis attardés, réfugiés en Asie, alors que les Néandertaliens dériveraient d'Homo Heidelbergensis restés en Europe et ayant évolué génétiquement.

A la même époque, vers 315000 av.JC (349000-281000 av.JC), le Maroc était occupé par les 1ers Homo-Sapiens (Hommes modernes) : Les "Hommes de Jebel-Irhoud".
Vers 300000-125000 av.JC, on les trouve aussi en Afrique du sud : ce sont les "Hommes de Rhodésie" ou "Hommes de Broken-Hill" (d'après le crâne retrouvé en Zambie, à Kabwé). En 259000 av.JC, on les trouve aussi à Florisbad, toujours en Afrique du sud. Il est probable qu'ils ont exterminé les "Homos Nadelis", des humains primitifs qui occupaient ces régions vers 335000 à 236000 av.JC.

Leur présence est également testée à Omo-Kibish (195000 av.JC) et Herto en Ethiopie (160000 ou 154000 av.JC). Il semble qu'ils aient été les inventeurs de la "taille laminaire" car les plus anciennes lames de pierre apparaissent à Kapthurin au Kenya (240000 av.JC) et en Afrique du sud (130000 av.JC).

Ces Homo-Sapiens semblent avoir absorbé par métissage une autre race humaine : les "Africains archaïques" qui vivaient dans les forêts d'Afrique de l'ouest. Environ 2% des gènes des Africains actuels proviennent de ce croisement. La présence de certains de ces gènes étrangers s'observe ainsi chez les Mbos dans l'ouest du Cameroun. Des crânes de métis ont également été retrouvés à Iwo-Eleru au Nigeria ... et ils datent de 13000 av.JC seulement, ce qui indique que ce métissage a continué jusqu'à une date assez tardive. Des crânes métissés ont également été retrouvés à Ishango en république centrafricaine.

Les Homo-Sapiens vont ensuite partir à la conquète de l'Asie. On peut repérer leur progression grace aux lames de pierre qu'ils laissaient derrière eux : En effet, la taille laminaire semble avoir été leur invention.
Il est possible que cette migration ne se soit pas effectuée par le détroit de Suez mais plutôt par celui de Bab et Mandab, entre l'Ethiopie et l'Arabie du sud. En effet on a retrouvé les traces d'une "industrie" d'origine africaine au Jebel Faya aux émirats unis (125000 av.JC).

On retrouve ensuite les traces de ces Homo-Sapiens au moyen-orient : à Misliya (194000-177000 av.JC), Mugharet el-Zuttiyeh (160000- 97000 av.JC), Skhul B (130000-100000 av.JC), Tabun C2 en Israel (100000 av.JC), Qafzeh (100000-80000 av.JC), Al Wusta en Arabie saoudite (88000 av.JC), etc... Certains semblent même avoir pénétré en Europe où, peu nombreux, ils seront absorbés par métissage. En effet, on a retrouvé à Hohenstein-Stadel (Allemagne), un Néandertalien (daté de 124000 av.JC) montrant des traces génétiques d'un métissage avec des Homo-Sapiens ou des proto-Homo-Sapiens.
Ces Homo-Sapiens infiltrés au moyen-orient étaient probablement les ancètres des actuels Australoïdes (Aborigènes australiens, Papous, Mélanésiens, Négritos et Veddides).

Mais ensuite, les Néandertaliens (hommes de Néandertal) venus d'Europe vont envahir l'ouest de l'Asie, fuyant peut-être la glaciation qui sévissait dans leur région d'origine. Ils vont alors refouler les Australoïdes vers l'est, les coupant des autres Homo-Sapiens restés en Afrique. On retrouve ainsi les traces de ces envahisseurs néanderthaliens au Moyen Orient : en Israel, à Tabun B (92000-82000 av.JC), à Amud (68000-57000 av.JC), à Kebara F (62000-46000 av.JC) et à Ksar-Akil 26 au Liban (47000-42600 av.JC). Ils vont avancer aussi bien plus à l'est : à Humian au Zagros (80000-70000 av.JC), Shanidar en Iraq (65000-35000 av.JC), Anghilak en Ouzbékistan (42000-36000 av.JC)... Plus au nord-est, ils vont même atteindre précocement les monts Altaï ou l'on a retrouvé des métis de Néandertaliens et de Denisoviens à Denisova 11 (90000-50000 av.JC) et des Néandertaliens non-métissés à Denisova 5 (120000 av.JC) puis Okladnikov (41700- 35500 av.JC).

Les Homo-Sapiens Australoïdes refoulés vont alors se diriger vers le nord et l'est. Au nord ils vont atteindre la Sibérie à Ust'Ishim sur l'Irtysh (45000 av.JC) et l'est de l'Europe à Oase en Roumanie (35800 av.JC). A l'est, on retrouve leur trace à Liujiang en Chine du sud (67000-63000 av.JC), Tampaling au Laos (63000 av.JC), Niah sur l'île de Sarawak (38000 av. JC), Pinza-Abu au Japon (30000 av.JC), Mohkhiew en Thailande (25800 av.JC) puis Mungo en Australie (32000-22700 av.JC).

Au passage, ces Australoïdes semblent avoir absorbé par métissages les Dénisoviens, installés plus anciennement en Asie. En effet, 5% des gènes des Australoïdes actuels proviennent de l'ADN des Denisoviens. Génétiquerment ces derniers était plus proches des Néandertaliens que des Homo-Sapiens et leurs gènes montrent que leur peau était foncée et que leurs yeux et cheveux étaient bruns. Ils montrent aussi qu'ils s'étaient divisés en deux groupes vers 363000 ans av.JC : Il y avait ceux du nord (dans l'Altaï) et ceux du sud et du sud-est de l'Asie. Les Dénisoviens du nord semblent avoir subsisté dans l'Altaï au moins jusque vers 48000-30000 av.JC, et un rameau des Dénisoviens du sud pourrait avoir survécu en Papouasie jusqu'en 30000 (ou même en 15000) av.JC.
Les Hommes de Lingjing (125000-105000 av.JC) et Xuchang (100000-80000 av.JC) en Chine centrale avaient un crâne ressemblant à celui des Néandertaliens mais avec des caractères plus graciles, ce qui en fait peut-être des membres de la race de Denisova. D'autres individus plus anciens vivant en Chine étaient peut-être également des Denisoviens : Les hommes de Jinniushan (280000-200000 av.JC), Dali (210000 av.JC) et Mapa (150000-130000 av.JC). Des Denisoviens ont également vécu à Xiahe / Baishiya au Thibet oriental (datés de 160000 ans).

Les Homo-Sapiens Australoïdes ont probablement rencontré (et détruit) d'autres races humaines archaïques que les Dénisoviens avaient refoulé dans les îles du sud-est asiatique :
- Les Hommes de Xujiayao, en Chine du nord (vers 37000-26000 av.JC). Leurs dents, ressemblant à la fois à celles des Néandertaliens et des Homo-erectus, montrent qu'ils étaient peut-être des Denisoviens métissés d'Homo-erectus.
- Les Hommes de Penghu, sur l'île de Taiwan (vers 190000-10000 av.JC). Leurs caractères à la fois modernes et primitifs en font peut-être aussi des métis de Denisoviens.
- Les derniers Homo-Erectus Pithécanthropes de Solo / Ngandong, sur l'île de Java (vers 130000-40000 ou 50000-27000 av.JC).
- Les petits Homo-Floresiensis, sur l'île de Flores (vers 95000-60000 av.JC). Ils descendaient peut-être des Homo-erectus de Mata Menge en Indonésie (700000 ans av.JC). Ils seront remplacés par des hommes modernes vers 46000 av.JC.
- Les (petits ?) Homo-Luzonensis du nord des Philippines (67000-50000 av.JC).

Il est possible que certains des Australoïdes soient remontés vers le nord et qu'ils aient traversé le détroit de Béring pour atteindre l'Amérique. Ils seraient ainsi les ancètres des anciens peuples "négroïdes" dont on retrouve les traces sur ce continent : à Lapa-Vermella 4 au Brésil (33000-18000 av.JC), à Baja California en Californie (13000-11000 av.JC) et à Cerca Grande au Brésil (10000-6000 av.JC).

Plus tard, un nouveau groupe d'Homo-Sapiens va quitter l'Afrique du nord pour se lancer à la conquète du Moyen-Orient. Leurs traces se retrouvent ainsi à Manot 1, en Israel, vers 55000 av.JC, et leur chignon occipital montre qu'ils s'étaient métissés avec les Néandertaliens. On les retrouve aussi à Geulah B, au Mont Carmel, vers 42000 av.JC. C'était les ancêtres des actuels Eurasiatiques. Ils vont ensuite fonder la civilisation aurignacienne dont les nombreuses branches vont progressivement conquérir un vaste territoire :
- Aurignaciens Baradostiens du Zagros, en Iraq (à Shanidar, 38000-27000 av.JC et à Yafteh, 33000-26000 av.JC).
- Aurignaciens orientaux de Karaman en Afghanistan et de Samarcande et Kulbeulak en Ouzbékistan (38000-33000 av.JC). Ceux-ci vont avancer jusque dans l'Altaï, à Anuy et Ust-Karacol (31400 av.JC).
- Aurignaciens Levantins du Liban et d'Israel (35000-20000 av.JC).
- Proto-Aurignaciens (41000-34000 av.JC) puis Aurignaciens classiques (34000-28800 av.JC) qui vont envahir toute l'Europe (Oase en Roumanie, 35000 av.JC, Mladec en Tchéquie, 34000 av.JC, Cro-Magnon en France, 28000 av.JC) en absorbant ses occupants néandertaliens (La présence d'un chignon occipital chez certains Aurignaciens montrent bien qu'ils s'étaient métissés avec les Néandertaliens).
Ces Aurignaciens (de race dite "de Cro-Magnon") étaient probablement les ancètres des actuels peuples "blancs" (leucodermes). Actuellement, ceux-ci conservent encore environ 4% de gènes néandertaliens dans leur ADN, ce qui rapelle leur métissage avec les Hommes de Néandertal, anciens occupants de l'Europe et du Moyen-Orient.

Devant la progression des Homo-Sapiens, il est possible qu'un groupe de Néandertaliens se soit réfugié dans le nord de la Sibérie (à Byzovaya dans la république des Komis) et y ait survécu de 32000 à 29000 av.JC. En effet on a retrouvé des outils de type moustérien (typique des Néandertaliens) dans cette région.

Aprés la civilisation aurignacienne, les Homo-Sapiens d'Europe vont créer d'autres cultures :
- Gravettiens (28500-20000 av.JC).
- Solutréens (20700-16400 av.JC).
- Badegouliens (16400-12000 av.JC).
- Magdaléniens (15000-10100 av.JC).

Puis les Homo-Sapiens vont s'étendre plus à l'est encore : On en retrouve ainsi un autre groupe en Chine du nord, à Tianyuan près de Pékin, vers 40000-36000 av.JC. Ceux-ci, comme le montre leur ADN, n'étaient pas des Leucodermes archaïques mais des Xanthodermes archaïques, c'est à dire les ancètres des actuels Mongoloïdes et Amérindiens.
Plus tard, les Xanthodermes se diviseront en deux groupes : Ceux de Mal'ta, prés du lac Baïkal (24000 av.JC) et ceux d'Afontova-Gora, sur les rives de l'Enisei (17000 av.JC), étaient plus proches génétiquement des actuels Sibériens et Amérindiens que des actuels Mongoloïdes de Chine.
Les Xanthodermes (ceux de Chine ?) évolueront ensuite pour donner le type "Sundadonte", reconnaissable à sa dentition. Ces Sundadontes occuperont le Japon (Minatogawa, 16000-14000 av.JC) puis ils progresseront de plus en plus vers le sud, en direction de l'Insulinde (leurs descendants sont les actuels Aïnous du Japon, les Mons-Khmers du Cambodge et les Malais et Polynésiens des iles. En avancant, ils rencontreront les "Hommes de la grotte du cerf rouge" à Maludong et Longlin au Yunnan (14500-11500 av.JC). Ces derniers étaient peut-être des métis de Denisoviens et d'Homo-Sapiens (?).

Les Xantodermes Sundadontes refouleront également les Australoïdes qui subsistaient en Asie du sud-est. Il semble aussi que certains des Sundadontes soient remonté vers le nord et aient traversé le détroit de Béring pour atteindre l'Amérique. On les retrouve ainsi à Hoyo-Negro dans le Yutacan (11000 av.JC), à Spirit Cave aux USA (8600 ou 7400 av.JC), à Penon et Chimalhuacan au Mexique (8500 av.JC) et à Kennewick dans le nord-ouest des USA (7300 av.JC). Ceux-ci étaient les ancètres des Amérindiens. Selon des études génétiques, ils se seraient séparés en "Anciens Béringiens" (un groupe d'Alaska actuellement disparus) vers 20000-16000 av.JC, et en Amérindiens du nord et du sud vers 13000 av.JC.

Plus tard, une mutation fera apparaitre une nouvelle branche parmi les Xanthodermes : les Sinodontes (reconnaissables à leur dentition). On les retrouve ainsi en Chine, à Tchoukoutien, vers 17000 ou 11000 av.JC. Ces Xanthodermes Sinodontes (Mongoloïdes) progresseront ensuite en refoulant les Xantodermes Sundadontes (Protomongoloïdes). Leurs descendants seront les actuels Mongols, Chinois, Thailandais, Japonais, etc... Certains d'entre eux passeront le détroit de Béring et atteindront l'Amérique où ils se métisseront avec ses occupants Sundadontes, à une date imprécise (9000 av.JC ?).

Pendant ce temps, l'Europe voit la fin de la période paléolithique et le début de la période mésolithique. Cela correspond à la fin de la glaciation de Würm : Les glaciers qui recouvraient la Scandinavie fondent et les troupeaux de rennes remontent vers le nord pour coloniser les nouveaux territoires libérés des glaces. Pour se nourrir, les chasseurs Homo-Sapiens les suivent dans leurs mouvements ou les remplacent par des cerfs.
De nouvelles industries apparaissent alors : Les industries à microlithes. Ceux-ci sont de petites pointes de pierre, probablement employées comme têtes de flèches pour le tir à l'arc ou au propulseur. Ces microlithes progressent ensuite en l'Europe, indiquant peut-être de nouveaux mouvements de populations, ou alors seulement une diffusion culturelle des nouvelles techniques.

La première culture microlithique à apparaitre est l'Azilien (culture des pointes microlithiques à dos courbe) :
- Aziliens anciens de Suisse (12000 av.JC)
- Aziliens de France méridionale (10800-8600 av.JC) et Tardigravettiens des Balkans (11000 av.JC)
- Aziliens proto-Asturies d'Espagne du nord (10700 av.JC) , d'Ostromer en Tchécoslovaquie et de Tagliente en Italie du nord (10000 av.JC)
- Federmessers d'Allemagne du nord (9800-8000 av.JC) et de Tarnovo en Pologne (9600-8800 av.JC).
- Creswelliens supérieurs d'Angleterre (9500-9000 av.JC) et Witoviens de Pologne (9200-8800 av.JC)
- Grundy en Angleterre (9000-8000 av.JC)
- Aziloïdes Laniens-Obaniens d'Ecosse et d'Irlande (8000-6000 av.JC).

Cette culture sera concurrencée par celle des microlithes géométriques triangulaires, issue du moyen-orient :
- Kébariens géométriques de Palestine (15500-12000 av.JC), Zarziens du Zagros (15300 av.JC) et Trialétiens du sud-Caucase (15000 av.JC)
- Natoufiens de Palestine (12000-10000 av.JC) et Okuzini en Anatolie (12800-7800 av.JC)
- Khiamiens de Palestine (10000-9300 av.JC), Tardigravettiens des Balkans (11000 av.JC) et Franchti en Grèce (10000-8000 av.JC)
- Ahrensbourgiens et Beuroniens A d'Allemagne (8400-7300 av.JC), Sauveterriens classiques de France (8500-7500 av.JC) et Romagnano en Italie (8000-6000 av.JC)

Cette culture évoluera ensuite pour donner celle des microlithes géométriques trapézoïdaux asymétriques (type Coincy) :
- Sultaniens de Palestine (9300-8200 av.JC)
- Tardigravettiens des Balkans de Grèce et Yougoslavie (7000 av.JC)
- Beuroniens B d'Allemagnes (7000-6000 av.JC), Sauveterriens Montclusiens (7500-6500 av.JC) et Castelnoviens de type Montclus (7000-6200 av.JC) en France
- Limbourgiens (7800-5100 av.JC) et Tardenoisiens de France (7600 av.JC)
- Téviéciens de Hoédic en Bretagne (6700 av.JC) et Muge au Portugal (6800-4100 av.JC)

Une dernière phase de cette culture donnera ensuite des microlithes géométriques trapézoïdaux symétriques (type Montbani) :
- Castelnoviens récents de Yougoslavie (7000 av.JC)
- Tardenoisiens récents de France (6700-5600 av.JC) et Limbourgiens récents (5600-4800 av.JC)
- Beuroniens C d'Allemagne (6000-5000 av.JC), Post-Beuroniens de Tchécoslovaquie et Téviéciens de Begervil en Bretagne (6000 av.JC)

Ensuite c'est la fin de la période mésolithique et le début de la période néolithique. De nouveaux peuples, originaires du Moyen-Orient, envahissent L'Europe en y apportant de nouvelles et importantes inventions : L'agriculture, l'élevage et la poterie.
... Pour connaitre la suite de l'histoire, je vous conseille de visiter mon site sur le Néolithique...

 


 

Il est également possible de déterminer les déplacements des anciens peuples en utilisant la généalogie génétique, c'est à dire en étudiant les aplogroupes (ensembles d'allèles) des restes humains préhistoriques. On a ainsi parfois accés à des détails qu'on ne pouvait pas atteindre avec l'archéologie classique.

Voici donc une tentative pour reconstituer l'histoires de nos ancètres au cours des ages, grace aux études génétiques sur les ADN mitochondriaux, les ADN du chromosomes Y et les différents ADN autosomaux :

Les plus anciens hommes modernes sortis d'Afrique dont on a pu étudier l'ADN sont ceux d'Ust-ishim en Sibérie, datés de 45000 ans av.JC, et ceux de Pestera cu Oase en Roumanie, datés de 36000 ans av.JC.

Certains d'entre eux se déplaceront vers l'est pour former le groupe de l'est ("AEA" / "Anciens est-Asiatiques" de Tianyuan, 40000 av.JC, ancêtres des Mongoloïdes) et le groupe du sud-est (ancêtre des Australoïdes). D'autres resteront plus prés de l'Afrique formeront ensuite deux populations :
- Les Eurasiens basaux ("AME"), au moyen-orient ("Hommes de Dzudzuana" vers 26000 av.JC).
- Les Ouest-Eurasiens, en Europe et Sibérie.

En Russie se formera une population de métis d'Eurasiens basaux et de Ouest-Eurasiens : Les hommes de Kostienki 14 / Markinagora, vers 35000 ans av.JC. (culture Gorotsovienne). On sait qu'ils étaient petits et avaient la peau, les cheveux et les yeux sombres.

Les Ouest-Eurasiens se divisent ensuite en trois populations :
- Les "Anciens Nord-Sibériens" ("ANS") de Yana, vers 31500 ans av.JC, formés par le métissage des "Ouest-Eurasiens" avec 30% d'"Anciens est-Asiatiques" ("AEA"). Ceux-ci deviendront ensuite les "Anciens nord-Eurasiens" ("ANE") de Malta-Buret, vers 22000 ans av.JC, qui étaient également un peu métissés. On sait qu'ils avaient la peau et les cheveux sombres et les yeux marrons.
- Les "Cro-Magnoïdes occidentaux" ("Hommes de Goyet") qui créent la civilisation Aurignacienne en Europe de l'ouest vers 34000 av.JC.
- Les "Cro-Magnoïdes orientaux" qui créent la civilisation Gravettienne vers 32000 av.JC : Hommes de Vestonice en Europe centrale (32000 av.JC) et Hommes de Sungir 3 (30000 av.JC) et de Kostienki 12 (28000 av.JC) en Russie.

Vers 28000-26000 ans av.JC, les Cro-Magnoïdes orientaux envahissent l'Europe de l'ouest et refoulent les Cro-Magnoïdes occidentaux vers l'Espagne et le sud-ouest de la France.

Vers 18000 ans av.JC, les glaciers atteignent leur expansion maximale en Europe et les Cro-Magnoïdes orientaux préfèrent alors émigrer vers le sud.

Vers 15000-14000 ans av.JC, les Cro-Magnoïdes occidentaux de Goyet profitent de la déglaciation pour progresser vers le nord et l'ouest et récupérer toute l'Europe en y implantant la civilisation Magdalénienne.

Vers 12000 av.JC, l'Europe est envahie par les "Hommes de Villabruna" appelés aussi "Chasseurs-cueilleurs de l'ouest" ("WHG"). Ceux-ci sont des descendants des "Chasseurs Anatoliens" ("AHG") de Pinarbasi (vers 13350 av.JC), une variante anatolienne des Eurasiens basaux de Dzudzuana du Moyen-orient. Ils apportent la civilisation microlithique du Mésolithique et on sait qu'ils étaient petits et avaient la peau et les cheveux sombres mais les yeux bleus.
En Espagne se forme le groupe des "Hommes d'El-Miron" (7200 av.JC) qui sont constitués d'un mélange de 2/3 de Cro-Magnoïdes occidentaux de Goyet et de 1/3 d'Hommes de Villabruna ("WHG"). Vers 5900 av.JC cependant, les Hommes de Villabruna finissent par les remplacer en Espagne (= Hommes de La Brana).

En Sibérie, prés du lac Baïkal, les "Anciens nord-Eurasiens" ("ANE") évoluent du "type de Malta-Buret" vers le "type d'Afontova-Gora" (17000 ans av.JC) dont on sait qu'ils avaient désormais les cheveux blonds.
En Russie ils fondent le groupe des "Chasseurs-cueilleurs de l'est" ("EHG") par métissage à 34% avec les "Hommes de Villabruna" / "Chasseurs-cueilleurs de l'ouest" "(WHG"). On les retrouve ainsi à Sidelkino (9300 av.JC), Vasilievka (9250 av.JC) et Samara (7600 av.JC). Ils sont grands, blonds, et ont les yeux bruns et une peau claire.

Profitant de la déglaciation dans le nord de l'Europe, les "Chasseurs-cueilleurs de l'ouest" "(WHG") vont progresser dans le sud de la Scandinavie et les "Chasseurs-cueilleurs de l'est" ("EHG") vont progresser dans le nord de la Scandinavie. Le mélange des deux populations va former le groupe des "Chasseurs-cueilleurs de Scandinavie" ("SHG").

En Sibérie, les "Anciens nord-Eurasiens" ("ANE") se sont également métissés pour former les "Chasseurs ouest-Sibériens" ("WSG") constitués de 50% d' "Anciens nord-Eurasiens" ("ANE"), de 30% de "Chasseurs-cueilleurs de l'est" ("EHG") et de 20% d'"Anciens est-Asiatiques" ("AEA") .

Les "Anciens nord-Eurasiens" ("ANE") ont aussi traversé le Caucase pour se méler aux "Eurasiens basaux de Dzudzuana" ("AME") et former ainsi le groupe des "Chasseurs-cueilleurs caucasiens de Satsurblia" ("CHG") avant 11300 av.JC. Ceux-ci étaient constitués de 60% d'"AME" et de 36% d'"ANE" et avaient des cheveux blonds ou sombres, des yeux bleus ou marrons et une peau plus ou moins claire. Ils créeront la civilisations Imeretienne / Trialétienne au sud du Caucase, qui s'étendait jusqu'en Anatolie du nord-est et jusqu'en Iran septentrional, au sud-est de la Caspienne.
Les "Anciens nord-Eurasiens" ("ANE") se sont également infiltré plus au sud, dans le Zagros (Trialétiens de Kuhbanan en Iran occidental) pour former le groupe des "Chasseurs-cueilleurs Iraniens" ("IHG") de Belt (12000 av.JC) et Ganj-Dareh (10000 av.JC) constitués de 50% d'"ANE" et de 50% d'"AME". Ils avaient les cheveux et les yeux bruns.

Dans le Levant, les "Eurasiens basaux de Dzudzuana" ("AME") n'ont pas subi de métissage avec les "Anciens nord-Eurasiens" ("ANE") mais avec les "Anciens nord-Africains" ("ANA"), formant ainsi le groupe des Natoufiens qui s'étendait jusqu'en Afrique du nord (13000 av.JC). Dans le Levant ils étaient composés de 73% d'"AME" et de 27% d'"ANA". Dans le Magreb, le peuple des Capsiens était constitué de 2/3 de Natoufiens et de 1/3 d'"ANA" (Plus anciennement, le Magreb était occupé par les Ibéromaurussiens de Taforalt qui étaient composés de 45% d'"ANA").

Au néolithique, les "Chasseurs-cueilleurs Anatoliens" ("AHG") deviennent des "Anciens fermiers Anatoliens" ("EAF"). Ils ont la peau relativement claire et, parfois, des yeux bleus. Ils progressent vers le Levant où l'on retrouve alors 2/3 de Natoufiens et 1/3 de "EAF". Ils progressent également vers l'Iran où ils se mèlent aux "Iraniens néolithiques" puis aux "Iraniens chalcolithiques". Il est probable que les Levantins s'infiltrent ensuite à leur tour en Afrique du nord et de l'est.
Vers 7900 av.JC, les "Anciens fermiers Anatoliens" ("EAF") envahissent l'Europe où ils apportent la pratique de l'agriculture et de l'élevage et forment le peuple des "Anciens fermiers Européens" ("EEF"). Leur peau est relativement claire, leurs cheveux sont sombres (parfois chatain) et leurs yeux sont marrons (parfois bleus). Leur aspect physique correspond au type "méditerranéen ibéro-insulaire", mais il est possible que, vers 5500 av.JC, des "Chasseurs-cueilleurs caucasiens" ("CHG") s'infiltrent dans les Balkans, apportant ainsi également le type physique "dinarique" (brachycéphale).

Les "Chasseurs-cueilleurs caucasiens" ("CHG") s'infiltrent aussi au nord du Caucase où ils se mélangent aux "Chasseurs-cueilleurs de l'est" ("EHG") qui subsistaient dans les steppes russes (43% de "CHG", surtout des femmes). Ainsi se forme le peuple des "Steppiques" ou "Bergers des steppes de l'ouest" ("WSH") qui est l'ancêtre des  locuteurs des langues indo-européennes. On le retrouve à Samara (5500 av.JC), à Varna (4600 av.JC), à Khvalinsk (4500 av.JC) puis chez le peuple de Yamnaya (3200 av.JC). On sait que ces hommes étaient grands, avaient une peau claire, les cheveux bruns et les yeux marrons. Certains d'entre eux ont migré à l'est en Sibérie où ils ont formé la civilisation d'Afanasievo. Chez eux on trouvait 3/4 de yeux marrons et 1/4 de yeux bleus.

Les Steppiques "WSH" de langue indo-européenne forment alors la civilisation des catacombes (2900 av.JC) dans les steppes russes et la civilisation des poteries cordées (2800 av.JC) dans une grande partie de l'Europe. Ils ont alors la peau de plus en plus claire et leurs yeux et cheveux sont de couleurs variées (les yeux sont souvent souvent bleus). Ils progressent en Europe de l'ouest grace à la civilisation des gobelets campaniformes (2300 av.JC) qui comporte 50% d'"Anciens fermiers Européens" ("EEF") et 50% de Steppiques ("WSH") aux cheveux souvent blonds et aux yeux bleus ou marrons. Dans certaines régions comme l'Angleterre ils remplacent jusqu'à 93% de l'ancienne population masculine néolithique ("EEF").
En Sibérie, les Steppiques avancent à nouveau et forment la culture de Sintasha / Proto-Andronovo (2200 av.JC) puis la culture d'Andronovo (1800-1400 av.JC). On sait que, là, ils étaient principalement blonds aux yeux bleus : Blonds à Tatarka, blonds aux yeux bleus ou verts d'Oust-Abakansty, bruns et blonds aux yeux bleus ou verts de Solenoozenaïa 4, etc...

En ce qui concerne les peuples de langue ouralienne du nord de la Russie, on sait que leurs ancètres de la culture des poteries peignées étaient principalement des "Chasseurs-cueilleurs de l'est" ("EHG"). Ainsi à Kudruküla en Estonie on trouvait 85% de "EGH", 15% de "WHG" et 20% de "WSH". Plus tard (vers l'age du bronze et  du fer ?) ils recevront des influx génétiques venant du nord de la Sibérie par des peuples métissés de Mongoloïdes. Les Lapons pourraient provenir de ces populations.

En ce qui concerne la Sibérie orientale, les "Anciens est-Asiatiques" ("AEA"), ancêtres des Mongoloïdes, remonteront vers le nord et s'y mèleront à 25% d'"Anciens nord-Eurasiens" ("ANE") pour former le groupe des "Anciens Paléosibériens" ("AP") de Duvanny-yar vers 10000 av.JC.
Ensuite ils passeront le détroit de Béring pour former le groupe des "Anciens Béringiens" ("AB") d'Upward Sun river vers 9500 av.JC en Alaska. Progressant vers le sud, ils seront les ancêtres des "Natifs ancestraux américains" ("ANA") d'Anzick, c'est à dire des Amérindiens, vers 8600 av.JC. Ceux-ci rencontreront sur place un mystérieux "Peuple Y" qui semblait bien être d'origine australoïde. Les actuels Suruis, Karitianis et Chanes d'Amazonie possèdent encore 9 à 15% d'allèles issus de ce peuple.
D'autres migrations suivront vers les Amériques. Il y aura ainsi les Paleo-Eskimos de Saqqaq (4000 av.JC) constitués d' "Anciens Paléosibériens" ("AP") avec un apport de 20% d""Anciens est-Asiatiques" ("AEA"). Il y aura aussi les "Na-Dénés", constitués d'un mélange d'Amérindiens avec 25 à 40% de Paléo-Eskimos. Ces Na-Dénés provenaient probablement d'Ust-Belaya en Sibérie orientale, où les Paléosibériens (ou Paléo-Eskimos) avaient recu un apport de 20 à 50% de Kets. Ces Kets étaient un peuple de Sibérie centrale descendant des "Anciens Nord-Sibériens" ("ANS") et parlant une langue apparentée au Na-Déné.
Et il y aura enfin l'arrivée des Néo-Eskimos de Thulé (ap.JC) constitués d'un mélange d'Amérindiens avec 30 à 69% de Paléo-Eskimos ou de Paléosibériens.

En ce qui concerne l'Iran au chalcolithique, on trouvait des "Chasseurs-cueilleurs caucasiens" ("CHG") dans le nord et des "Iraniens chalcolithiques" dans le Zagros, au centre-ouest. On observait également des infiltrations d'"Anciens fermiers Anatoliens" ("EAF") venus de l'ouest.
Les "Iraniens chalcolithiques" progresseront vers l'est jusqu'au Pakistan où ils se méleront avec les "Anciens peuples ancestraux du sud de l'Inde" ("AASI") qui étaient des Australoïdes (Veddas et Négritos). Il se formera ainsi le peuple d'"Indus-Périphérie" composé de 45 à 82% d'Iraniens et 11 à 50% d'"AASI". En ce qui conserne les types physiques, on trouvait 50% de type méditerranéen (= Iraniens), 30% de type arménoïde (= Caucasiens) et 20% de type Australoïde-Veddide (= AASI).
Plus au nord, au sud du Turkestan, se formera la civilisation de Bactriane-Margiane comportant 60% d'Iraniens, 21% d'Anatoliens, 13% de "Chasseurs ouest-Sibériens" ("WSG") et 5% d'"AASI".
Ensuite le peuple d'"Indus-Périphérie" progressera vers le sud de l'Inde, se métissant avec 73% d'"AASI" pour former les "Anciens Indiens du sud" ("ASI"), c'est à dire les "Mélano-Hindous", locuteurs des langues dravidiennes. Et les Steppiques "WSH" de langue indo-européenne arriveront de Sibérie et du Turkestan, vers 1200 av.JC, pour se méler au peuple d'"Indus-Périphérie" et former les "Anciens Indiens du nord" ("ANI").

 

www.000webhost.com